L’âme Sœur

Je vous avoue que le terme m’a gêné « un peu » durant quelques temps.

Nous interdisons à nos enfants de jouer au docteur car c’est souvent un prétexte pour découvrir le sexe opposé (mais pas que). Se toucher le corps et particulièrement en venir aux parties génitales, dès le plus jeune âge. Cela se joue entre frère et sœur, cousin, cousine en réunion de famille (anniversaire, mariage etc.). On leur refuse d’y joué car nous savons que faire l’amour s’apprend et ne se fait pas au sein de la famille. Si cela advient trop tôt, cela peut engendrer des conséquences désastreuses ! Beaucoup s’accordent à dire d’ailleurs que la consanguinité est (libre à vous de choisir la fin de la phrase).
Ces mêmes adultes interdisent LA chose aux enfants, qu’ils recherchent eux-mêmes ? L’âme sœur ! L’âme qui va faire de leur vie une joie, un bonheur de partage donnant une création à 4 pattes, une tête et des couches… Parfois cette recherche se fait toute une vie sans jamais la trouver ! Et pour cause, conséquence(s) ! (résultat(s)) !?!

Peut-être faudrait-il chercher l’amour complémentaire afin d’emplir et corriger nos lumières de tout un chacun en tant qu’être humain car 1+1= 1+1, comme le 1 est imparfait (un par fait) ; un être hum1, hum, sent le 1, l’unité, et cherche à s’en approcher, corrompu par le mot sœur et l’amour inconditionnel (mensonges) qui a tout de même des conditions propre à chacun :

  • que cet amour soit aussi éclairé que moi,
  • que cet amour ne soit pas trahi,
  • que cet amour soit partagé,
  • que cet amour ne sois pas obèse ou autant que moi…..
  • que cet amour ai le porte-monnaie car sinon les vacances…
  • que cet amour ne sois anorexique…
  • et j’en passe !

Les maux que nous devons guérir par la guerre des mots, paroles, vibrations, actions, cellules (de prison(s) ?), les maux  que nous devons panser afin d’être en harmonie avec nous-même n’est pas si simple qu’il n’y paraît, en tout cas pour moi ! Car corrompu jusqu’à la moelle et pinéale sans le vouloir.
Alors peut-être que l’enfant unique, le frère qui n’as que des frères ou les sœurs qui n’ont que des sœurs cela ne leurs posent pas de problèmes mais cela peut en devenir un pour ceux qui ont des frères et des sœurs car je ne me vois pas couché avec ma sœur et ce n’est pas une nonne !

Alors, j’en suis venu à chercher pourquoi l’âme sœur !?! Certains m’ont éclairé mais ce n’était pas suffisant, le problème perdurait. Donc j’ai commencé à chercher le lien du pourquoi, comment, en matière fixe et volatil (langage des oiseaux).

 

L’étymologie de sœur donne soror, sœur, compagne, amie, maitresse, amante. Sor or ou le sort de l’or. Sort du latin sŏrtem donne sors, tirage au sort (tarot ? loto ? ) étant donné que le hasard n’existe pas, le sort en est jeté car le sort, divination ou non pour trouver l’âme sœur, l’âme complémentaire, il faut sortir de chez soi ou sortir les mots à travers le net (la toile (émerie)) ce qui revient au même car il nous faut trouver une connexion hors de soi afin de trouver cette âme. L’étymologie de Sortir est sortiri qui renvoi sur sors dans un premier temps mais il envoi aussi sur ressort ça tombe bien car ce que l’on cherche est justement qu’elle nous renvoie l’amour qu’on lui porte…

L’âme sœur est donc bel et bien notre consœurs, consors issue de la même étymologie dont le con est avec mais le con est aussi le sexe de la femme, c’est peut-être pour ça que l’on est toujours le con de quelqu’un et par conséquent que l’autre est notre miroir. Le con est avec, tout, ensemble, il est dérivé de cum qui veut dire avec mais le cum en argot c’est mon mec ou ma meuf et cum en anglais donne sperme qui permet au con de la femme de donner naissance à de nouvelle cellules (tout en un)….

 

L’âme sœur peut s’écrire l’âme çoeur si on rajoute la cédille au C, du coup la logique de l’âme situé près du cœur ne tient qu’à une cédille de la création alors c’est dit, la sinuosité d’un s mis en avant peut se retrouvé en dessous du C (l’alphabet) de la création en un battement de cœur, pour peu que le cœur prenne la place de notre mental qui donne les conditions de l’Homme à taire afin d’ouvrir la terre à l’Homme qui nous fais suer jusqu’à l’ouverture de cette sensation qui nous envahit d’amour insaisissable (inconditionnel ?).

En ancien français, la sœur pouvait s’écrire sor, suer et seror (suivant le régime) , sor on l’a vu mais suer m’intéresse car le sport que cela engendre pour trouver l’âme complémentaire me fait suer corps et âme à travers les maux de l’émotion qui m’obligent à accoucher les mots que le cœur bat…et suer donne 2 voies possibles, la sœur et suer , sudare, sudo et l’anagramme de sudo peut se faire par duos….

 

Afin de ne pas bloquer uniquement sur le mot sœur j’ai fait le tour de la famille, pourquoi pas l’âme frère ?

Le frère en latin donne frater dont l’origine et quelque peu dissoute (ah, le sel de mer), veut dire porter, nourricier, protecteur

 

Et l’âme dans tout ça, l’âme tout court sans famille, sans adjectif, l’âme, anima, vent, air, souffle, respirer, l’âme rejoint le spiritus par le souffle et respirer ce qui résume l’âme, corps, esprit par le corps qui respire grâce à l’invisible, air.

 

Ah le français! Tout ça pour que je puisse accepter l’idée que l’âme vient bien d’une source commune sans me fourvoyer dans un hypocrite mal être de pouvoir coucher avec la femme que j’aime…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s